hervé beaudouin  -  benoît engel   I   architectes

CENTRE DE RENCONTRE ET DE COMMUNICATION  - Niort - Noron (Deux-Sèvres)  - 1994  - Architecte : Hervé Beaudouin

 

 

Inscrit au Centre du Parc des Expositions de Noron, il occupe une place centrale, en bordure du canal creusé à l'Est à l'occasion du projet "Technopole".

Architectes et Paysagistes : Alexandre Chemetoff et Hervé Beaudouin.

 

Le bâtiment est composé autour d'un grand espace circulaire, couvert d'une coupole de 36 m de diamètre et de 15 m de haut.

Deux entrées, Nord et Sud, desservent le bâtiment.

Un déambulatoire, lieu d'exposition et de circulation, entoure le grand espace.

La lumière naturelle y pénètre par des boîtes en bois, traitées différemment au Sud et au Nord, pour s'adapter à la direction du soleil.

Trois salles, aux murs escamotables, s'ouvrent sur l'espace circulaire, dégageant ainsi, une surface de 1269 m2, d'un seul tenant.

Comme le dôme, chacune de ces salles, peut fonctionner de manière autonome.

La partie Est du bâtiment accueille un espace de restauration, un bar et une cuisine.

La salle du restaurant s'ouvre sur le paysage du Grand Canal, par une paroi vitrée, continue.

La qualité acoustique a fait l'objet d'une étude importante par Commins Ingemanson. 
Les "Lunes" en bois, flottant dans l'espace du dôme, ont pour rôle de disperser et de répartir le son dans le volume.

Par leur finesse, elles entrent en vibration, pour absorber une partie des basses fréquences.


Les matériaux : 
Le choix des matériaux montre notre préférence affirmée pour les matériaux naturels.
Les textures y sont mises en valeur : le béton prend des allures de bois.

Les coffrages sont réalisés en planches de pin d'orégon sablé et vernis comportant un chanfrein créent un relief de forme triangulaire.

Les bardages et menuiseries extérieures sont en iroko, traité à l'huile de lin chaude. 

Les menuiseries intérieures et les éléments divers en bois, sont réalisés en frêne verni, rappelant les frênes du Marais.

Le parquet est en lames de chêne, collées sur chant.

Les sols sont en pierre d'Irlande (quartzite "gold brun" brute de clivage), disposé en "opus incertum".

Le dôme en béton a été construit en détournant un procédé américain destiné, à l'origine, à construire des silos agricoles.

 

Précisions sur la construction du dôme :
Le procédé est simple et original.

Il utilise et détourne un procédé américain "dôme system", conçu essentiellement pour construire des silos.

 Après avoir construit l'élévation, on rentre un camion, muni d'une nacelle.

(Nota : Il faut penser à pouvoir ressortir le camion, une fois l'ouvrage fini...)

Une bâche en forme de dôme, fabriquée ici par Saint Frères, est fixée sur la partie haute de la salle circulaire.

Cette bâche est ensuite gonflée, pour lui donner la forme de coupole, grâce à 2 grosses souffleries (par sécurité au cas où il y aurait une panne).

On accède au volume par l'intermédiaire de 2 sas permettant de bien conserver la pression interne.

Une mousse de polyuréthane est projetée, depuis la nacelle, en sous face de la bâche.

Sous cette mousse, est tressé un ferraillage complet, puis 12 cm de béton est projeté.

Au bout d'une vingtaine de jours, La mise en pression cesse. 

La coupole est terminée. 

La bâche assure l'étanchéité.

Un flocage acoustique a été projeté sur toute la surface de la coupole.

Il faut ressortir le camion.

Le tambour a été réalisé suivant les prescriptions de l'acousticien le béton forme des plis de plus de 20 cm pour permettre la dispersion du sons.

Une dimension inférieure des facettes ne permet pas une dispersion correcte.

Un jour circulaire a été positionné plein Sud (au solstice d'été) créant, dans l'espace, un rayon de lumière très spectaculaire.

Une boite en bois abrite un volet motorisé, qui vient occulter le jour, à la manière d'un plumier en bois.