hervé beaudouin  -  benoît engel   I   architectes

Place de la Brèche  - Architectes : Hervé Beaudouin  - Paysage : Florence Marty

Cette place avait fait l'objet de multiples projets.

Gérard Granval, Architecte, Grand Prix de Rome, avait fait un premier projet en changeant le profil de la place avec une galerie commerciale en partie basse.

La Place de la Brèche est alors un vaste parking.

En 1985 l'Union des Commerçants Niortais Présidé par Laurent Treille, commandent une nouvelle étude à Hervé Beaudouin.

Des photographies sont prises depuis le toit d'un immeuble situé en bas de la Place,

Toutes les 5 minutes, une photo est prise, pour voir comment se remplit la place de voiture et quels secteurs sont occupés en priorité.

Un parking souterrain est conçu avec un jardin en surface.

Le décès brutal d'un des élus porteur du projet met fin à cette étude.

 

Un concours d'Architectes est lancé en 2003

Le programme du concours prévoyait la recomposition de cette place emblématique de la ville de Niort.

Il comprenait la construction d'un parking souterrain , l'installation d'un multiplex de cinémas et la création d'un jardin en surface.

Il y avait également une volonté affichée de créer en partie haute des "émergences".

 

Le concepteur historique de la  place existante avait inventé un dispositif astucieux pour rectifier la planéité de la place, car la surface naturelle était gauche.

Deux contre-allées d'érables blancs, plantées de chaque côté de la place, permettaient de dissimuler les différences de niveau.

La conservation de ce dispositif nous a semblé essentielle.

Le projet de notre agence a éludé la question des émergences afin de ne pas occulter la vue sur la place depuis le haut en venant par l'Avenue de Limoges.

Le cinéma a été intégré de manière discrète dans une dépression de la surface.

Le toit était constitué d'un vaste miroir d'eau.

L'ensemble avait pour objet une certaine discrétion et pureté de l'aménagement en recherchant une certaine intemporalité.

 

Une consultation publique a eu lieu et malgré un vote de 90% favorable du public dans le registre de l'exposition, par rapport au projet retenu par la municipalité, le projet n'a pas été retenu.

 

Le projet de Jean François Milou respectait bien la question des "émergences".

On peut s'interroger cependant sur la caractère totalement inutile et inutilisé de ces 2 volumes dissymétriques.