hervé beaudouin  -  benoît engel   I   architectes

symétrie    I    la modestie    I    Sigurd Lewerentz    I    la transgression et l'économie inventive    I    éloge du brut    I    Bruce Goff    I    Manuel Paiva 

La transgression et la liberté de faire

L'économie inventive

 

Le carcan des contraintes réglementaires s'aggrave.

Il est difficile de s'en écarter, sauf à prendre quelques risques.

Le poids de l'industrie a su créer l'encadrement réglementaire nécessaire à son essor.

Les produits normés s'imposent et il est de plus en plus difficile d'avoir recours à de véritables créations artisanales.

L'artisanat est la transformation de produits, avec un savoir-faire particulier, hors d'un contexte industriel.

Malheureusement, bien des artisans sont devenu désormais - des poseurs -  qui ne fabriquent plus grand chose.

Leurs instances professionnelles n'ont pas su les défendre et maintenir une véritable production de composants architecturaux.

 

l'invention mesurée :

Nous revendiquons de conserver une certaine liberté (un mot essentiel...)

et donc nous avons adopté des stratégies, voire des stratagèmes, de transgression,

ce que nous appellons des "ruses", pour continuer à faire quelques modestes "inventions mesurées".

C'est modeste, car nos expériences n'utilisent aucune technologie particulière, mais simplement des moyens et des outils courants,

avec des produits ou composants de base standards et très communs.

 

Le contexte économique étant souvent très tendu, la ruse c'est de faire : un peu d'inédit, et beaucoup de courant.

 

Nous avons appliqué ce principe :  -  un peu / beaucoup  -  dans nombre de nos projets, ce qui les rend moins "attaquables" .

 

Au fil du temps : 

le plaisir renouvelé de l’expérience et l'apprentissage chronologique de construire :

 

Tout travail sur les matériaux et leur mise en oeuvre a besoin d’expérimentations, de prototypes, dans des échelles différentes.

Notre préoccupation initiale était le vieillissement des matériaux.

Très vite, nous nous sommes intéressés aux matériaux naturels, surtout dans leur forme brute. 

Nos chantiers, souvent modestes, nous ont permis de faire de nombreuses expériences, sur le choix et la mise en oeuvre des matériaux.

 

Petits objets, grandes possibilités.

Chaque projet enrichi le suivant et permet de faire évoluer les choix et les processus constructifs.

 

De même, pour le comportement des matériaux dans le temps, leur vieillissement est source d’évolutions,

de révision des modes opératoires et d’améliorations créatives pouvant modifier la forme.

C’est l’apprentissage.

 

On trouve le plaisir dans la découverte, dans la confrontation de l’intention avec l’objet construit.

Quand on expérimente, on ne connait pas le résultat à l’avance, on ne peut que s’en remettre à son imaginaire.

 

La simplicité est la ruse ultime

 

Le précepte de construire simple : curiosité, observation, et transposition : la leçon des choses.

 

« Regarde de tous tes yeux, regarde » 

Jules Verne - Michel Strogoff

 

Notre regard s’est tourné vers l’histoire et les pratiques locales, mais aussi vers des exemples « exotiques » transposables,

ou la production d’autres architectes avec lesquels nous avons quelques affinités.

L’observation attentive de l'architecture vernaculaire est une source d’inspiration parmi d’autres.

La simplicité des moyens et des formes faciles à construire a été bien souvent notre objectif.

Elle allait, de plus, dans le sens d'une économie mesurée des projets.