herv√© beaudouin ¬†- ¬†beno√ģt engel ¬†- ¬†luca bellisai ¬† ¬†I ¬†¬†architectes

Les menuiseries acier en profils pleins 

Depuis de nombreuses ann√©es nous avons cherch√© √† utiliser des profils pleins du commerce t√©s et corni√®res ainsi que de la t√īle pli√©e

pour réaliser de fines menuiseries.

Notre origine nancéienne n'est peut-être étrangère à ce gout particulier pour l'acier.

Nos rencontres avec Jean Prouvé et les détails de son travail nous ont passionné.

 

Nous avons donc cherché, modestement, des principes constructifs, simples, très artisanaux, à la portée de notre contexte d'entreprises locales.

L'autre contrainte se trouvait dans la réglementation thermique, pour 2 aspects :

le passage d'air et les ponts thermiques.

Le passage d'air est tr√®s difficile √† traiter, voir presqu'impossible √† r√©soudre et en tout cas on ne peut esp√©rer aucun certificat exig√© par la r√©glementation ou les bureaux de contr√īle.

Nous n'avons donc fini par n'utiliser que des ch√Ęssis fixes qui ont √©t√©s combin√©s, avec des ouvrants voisins "classique" et norm√©s.

Les tr√®s beaux ch√Ęssis ouvrants de bronze r√©alis√©s par notre ami Eduardo Souto de Moura dans la Poussada ne sont r√©alisables qu'au Portugal...

C'est donc vers la t√īle pli√©e que nous nous sommes tourn√©s, avec une pose en tunnel.

Les plis des faces de prise de vitrage font 3 cm, ce qui permet de respecter la prise de verre d'au moins 25 mm réglementaire.

Et le parclosage est en bois de fr√™ne ou de ch√™ne et recouvre int√©gralement la t√īle d'acier donc : pas de pont thermique.

C'est au final très simple, avec une sorte d'évidence de la simplicité que nous apprécions beaucoup.

Ce type de travail est à la portée de n'importe quel serrurier.

 

La corrosion :

On peut utiliser de la t√īle d'inox, ce que nous avons fait sur certains chantiers.

Ou utiliser une protection de l'acier par "schoopage".

Nous avons √©cart√© la galvanisation, parce que nous avons constat√© d'importantes d√©formations des ch√Ęssis,

lors du trempage dans le zinc en fusion, mais également des défauts de surface non maitrisables.

 

Avantages du Schoopage :

Pas de déformation des pièces

Un aspect très uniforme surtout sur des petites surfaces

La possibilit√© de laisser les ch√Ęssis bruts, sans aucune peinture, ce qui donne une teinte gris terne et mate.

 

Le procédé du "brouillard en métal de Schoop" :

Inventé vers 1909, par l'Ingénieur Suisse de Zurich, le Docteur Max Ulrich Schoop,

après avoir observé les traces de plomb laissées par l'impact d'une balle, sur un mur de ciment.

il a essayé de produire le même résultat en projetant de la poudre de plomb au travers d'une flamme de chalumeau.

En 1917, le Dr Schoop est primé pour le "Procédé du brouillard en métal"

Depuis 1924 , le revêtement de surface par projection thermique est connu sous le nom de "SCHOOPAGE".

Le revêtement de surface par projection thermique est appelé désormais " METALLISATION".

 

La projection à l'arc électrique :

Le métal destiné a être projeté est conditionné sous forme de bobines de fil.

Le procédé actuel consiste en une projection de zinc en fusion au travers d'un système de projection à l'arc.

le zinc provenant du fil, est pulvérisé en fines gouttelettes, à une vitesse importante.

L'épaisseur de zinc peut varier, selon la vitesse de passage du pistolet, nous demandons au minimum 200 microns.

Les fers doivent être usinés et grenaillés pour enlever la calamine et être prêts à poser, sans aucun percements, tous les trous de fixation faits.

La pulvérisation doit être faite immédiatement après le grenaillage.

 

On peut utiliser d'autres métaux comme le cuivre, le bronze ou l'aluminium ou des alliages divers.